Salut, c'est nous ... les cookies !

On vous embête et pourtant, selon la législation internationale, on est obligé d'attirer votre attention sur vos droits concernant l'utilisation de cookies dans ce site.

Ce site n'en utilise pas sauf celui fournit par Google Analytics. Il s'agit d'un cookie de performance afin d'analyser la consultation des pages. Seules des sessions PHP sont utilisées afin de vous offrir un confort optimal lors de votre visite.

Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité afin d'avoir plus d'explications.

Le seul cookie utilisé sur ce site est un cookie de performance.

Logo de Google

Google Analytics

Est utilisé uniquement pour établir des statistiques sur la consultation des pages

Acceptes-tu son utilisation ?

Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité afin d'avoir plus d'explications.

Toute l'actualité sur la protection civile
Toute l'actualité sur la protection civile

Actualité

Lier l'utile à l'agréable

Lier l'utile à l'agréable

Lu 3828 fois
Rubrique Cours & Formation
Publié le 29 janvier 2019
Source Office Protection Civile

Sur la demande du Service des espaces verts (SEVE) de la ville de Genève, des astreints ont élaboré et mis en place une passerelle au Bois-de-la-Bâtie.

Savoir lié l'utile à l'agréable dans un cours de répétition n'est pas toujours chose faisable, encore moins de trouver un objectif permettant de venir en aide à un partenaire et répondant à un besoin pour la population. Et pourtant, en 2014, lors de plusieurs cours de répétition courant octobre et novembre 2014, des astreints de l'Organisation Régionale de Protection Civile (ORPC) de la Ville de Genève, ont effectué dans le cadre de leur obligation de servir un ouvrage d'importance locale.

Sur la demande du Service des espaces verts (SEVE) de la ville de Genève et avec l'autorisation des autorités communales de la Ville de Lancy, des pionniers ont élaboré et mis en place une passerelle en bois dans le Bois-de-la-Bâtie reliant les deux territoires communaux. Ce projet a impliqué des miliciens qui ont su répondre favorablement à cet objectif réel et contraint. Elle a été fabriquée avec une charpente en bois. C'est dans cette même matière, des marches ainsi que les mains courantes ont été également fabriquées. L'ouvrage a été élaboré en plusieurs éléments, comme un grand puzzle, au centre de compétences en matière de formation (CIF) de Richelien afin de pouvoir être plus facilement transporté à son emplacement final.

Sa mise en place a été réalisée mi-novembre 2014. La préparation, la construction, le transport, la pose et la fixation de la passerelle ont nécessité un total d'environ 50 heures de travail effectuées par 8 astreints et deux professionnels de l'unité formation et recrutement (URF) du Service d'incendie et de secours. Quant à l'investissement financier, l'ensemble des matériaux a couté moins de CHF 4'000.00.